Alcool, drogues, médicaments, smartphones ils font tous partie des éléments potentiellement addictifs!

On en parle depuis longtemps, les consommations occasionnelles ou répétées de substances psychoactives (alcool, drogues, médicaments,…) peuvent mettre en danger la santé et la sécurité des salariés et être à l’origine d’accidents.

Mais attention à la techno dépendance qui est également à prendre en compte.

Mais qu’est-ce donc?

pokemon-1575830_1920 (1)

Elle est tout simplement liée au besoin d’être connecté en permanence via les équipements électroniques tels que les ordinateurs, tablettes mais également les smartphones, utilisés à titre personnel ou professionnel.

Mais quelles sont les risques?

Un des risques de cette addiction est lorsqu’elle est couplé à la conduite de véhicules. Comme l’actualité l’a traitée récemment avec la sortie d’un fameux jeu de capture de « petites bêtes fantastiques » pouvant être capturées dans la nature, il peut être à l’origine d’accident de le route. Mais en plus de ces jeux, la simple consultation de ses mails ou message (SMS) au volant est également accidentogène et interdit.

En plus du risque d’accident cette techno dépendance peut également avoir un impacte sur la santé mentale des salariés avec un risque psychosocial. La loi sur la techno dépendance, très attendue va impliquer une prise en charge bien particulière pour ce type de problématique.

En effet l’article 55 de la loi travail instaure à compter du 1er janvier 2017 un droit à la déconnexion pour tous les salariés.

Cet article met sur la table un sujet d’actualité impliquant un changement majeur sur la façon de travailler. Cela devenait urgent, la preuve en est dans cette étude de l’Apec de fin 2014 (Les cadres conscients des avantages et des inconvénients du  » tout connecté « ):

  •  1/3 des cadres se déconnecte rarement, voire jamais.
  • 72 % des cadres pensent qu’être connectés en dehors de leur temps de travail augmente la réactivité (mais aussi leur charge de travail)
  • 63 % déclarent que cela perturbe leur vie privée
  • 60 % que cela affecte négativement leur qualité de vie

Source : Apec, sondage en ligne réalisé entre le 6 et le 24 novembre 2014 auprès de 450 cadres du secteur privé

Ce droit à la déconnexion sera soumis à negocation comme décrit dans l’article L2242-8 du code du travail:  « La négociation annuelle sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la qualité de vie au travail porte sur:…les modalités du plein exercice par le salarié de son droit à la déconnexion et la mise en place par l’entreprise de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale. A défaut d’accord, l’employeur élabore une charte, … définit ces modalités … et prévoit en outre la mise en œuvre, …. d’actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques. »

Cet article du code du travail rentrera en vigueur au 1er janvier 2017.

Mais sans attendre, les risques liés aux pratiques addictives, y compris la techno dépendance, doivent faire l’objet d’une évaluation et doivent être intégrés au Document Unique dans lequel des mesures et moyens devront être mis en place.